Fr/En

Niger

114 activités mises en œuvre, 2615 bénéficiaires

Informations sur le Niger

Population (2017): 21.477.348

Croissance de la population (annual %): 3.8

PIB (2017): 8.119.710.130

GDP growth (annual %): 4,9

Espérane de vie à la naissance : 60

Taux de natalité, total (Naissances par femme): 7,2

(Données de la Banque Mondiale 2017)

Le Programme Sahel au Niger

Depuis sa création, le Programme Sahel et ses partenaires ont mis en œuvre 114 activités au Niger avec 2615 bénéficiaires atteints soit  11,89% de femmes.

Grâce à l'appui du Programme Sahel de l'ONUDC, le Burkina Faso a accompli des résultats probants :  

  • En juin 2018, La Cellule Aéroportuaire Anti-trafics (CAAT) établie au Niger dans le cadre du projet AIRCOP a joué un rôle déterminant dans la saisie de près de 2,5 tonnes de cannabis dans une banlieue de Niamey, au Niger, le 13 juin 2018. Il s'agit, à ce jour, de la saisie individuelle la plus importante depuis le début du projet AIRCOP en 2010. Cette saisie fait suite aux renseignements reçues par Office Central de Répression du Trafic International de Stupéfiants (OCTRIS), ayant conduit à l'identification de plusieurs potentielles cachettes  à Niamey, ainsi qu'a l'arrestation par la CAAT de quatre suspects à l’aéroport international de Niamey.  Des informations obtenues des personnes appréhendées ont permis à des agents de la CAAT formés par l'ONUDC d'identifier et de prendre en filiature les trafiquants responsables d'une très importante cargaison de cannabis envoyée depuis le Maroc. Cette surveillance a permis aux agents CAAT de localiser leurs cache et de remettre les résultats de leur enquête à l'OCTRIS, l'organisation mère de la CAAT. L'enquête de deux mois qui a suivi a révélé que près de 2,5 tonnes de cannabis étaient cachées dans l'appartement identifié par la CAAT atteignant une valeur totale à la revente de 3 milliards de francs CFA (EUR 4.750.000).  En savoir plus
  • En juillet 2017, l'ONUDC a engagé et formé 10 VNU (dont 5 femmes) dans le cadre de son projet de soutien au Niger, financé par les Etats-Unis. Du 1er au 12 février 2018, de nouveaux procès se sont ouverts. Ils ont procédé aux jugements de 81 détenus, dont 2 femmes, accusés de collaboration avec le groupe terroriste Boko Haram, qui sévit dans la région. Lors des 60 jours suivant leur première formation, une première évaluation indiquait que les VNU avaient déjà fait avancer 230 cas auprès du Pôle judiciaire anti-terrorisme du Niger, établi depuis 2011. La mission d'évaluation a également permis d'établir que, depuis le début de leur mission, les VNUs ont rencontré plus de 600 détenus des prisons de Niamey, Kollo et Koutoukalé et ont porté ces cas à l'attention du Pôle qui a pu en traiter et juger près de 200 entre septembre et janvier 2018. Parmi les personnes qui ont été jugées depuis septembre, 59 ont été libérés dont 18 ont bénéficié d'une liberté provisoire. En savoir plus

Les principales activités mises en œuvre au Niger par le biais du Programme pour le Sahel comprennent :

  • Dans le cadre de son Programme Sahel, l'ONUDC appuie le Gouvernement nigérien par des programmes d'assistance technique visant à renforcer la chaine pénale dans le traitement des dossiers impliquant des enfants en contact avec le système de justice pénale comme victimes ou accusés. Entre 2017 et 2018, l'ONUDC a formé plus de 230 agents nigériens sur ces aspects, et, comme stratégie de renforcement des capacités nationales en matière de formation, l'Office a initié une série de formations-de-formateurs visant à créer un pool de formateurs nationaux spécialisés sur la réponse pénale dans le contexte de la lutte contre le terrorisme et le trafic d'êtres humains. Du 8 au 19 octobre 2018, l'ONUDC a organisé un Atelier de formation-de-formateurs à Niamey, sur le traitement des enfants victimes de violence, traite et recrutement par les groupes terroristes et extrémistes violents, et sur l'application des mesures alternatives pour les enfants en conflit avec la loi. En savoir plus


  • l'ONUDC a organisé, conjointement avec l'Agence nationale de lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants (ANLTP/TIM), un atelier de formation destiné aux diplomates et agents consulaires et visant à les sensibiliser sur leur rôle crucial dans la lutte contre la traite des personnes et à les doter de moyens opérationnels et de bonnes pratiques pouvant les aider à renforcer leur action dans ce domaine. Cette activité s'est déroulée à Niamey du 24 au 26 juillet 2018 et a réuni 20 participants dont 1 femme, venant des représentations diplomatiques et consulaires nigériennes à l'étranger situées dans des pays fortement touchés par le phénomène de la traite des personnes comme l'Algérie, l'Arabie Saoudite, la Belgique, la France, l'Italie, le Koweït, la Libye ou encore le Maroc. En savoir plus


  • L'ONUDC a organisé un atelier de formation sur le financement du terrorisme du 26 au 28 mars 2018, à Niamey, afin de soutenir les efforts du Niger à déceler les cas du financement du terrorisme et à les poursuivre en justice. En vue de rendre cette formation dynamique avec des objectifs clairs et opérationnels, la méthodologie privilégiée était un exercice de simulation de procès. En associant différents acteurs de la chaine pénale, ainsi que le Barreau de Niamey, l'objectif était de permettre aux participants d'être dans une situation quasi-similaire au déroulement d'un procès afin qu'au travers des débats, chacun puisse identifier les bonnes pratiques pertinentes dans les enquêtes, la poursuite et le jugement des dossiers de financement du terrorisme. Il s'agissait par ailleurs, de leur permettre d'utiliser plus efficacement les dispositions légales en vigueur en la matière. En savoir plus
  • Le Programme mondial sur les armes à feu de l'ONUDC a lancé une campagne de sensibilisation le 21 février 2018, présidée par le ministère de l'Intérieur et de la sécurité publique et le Gouverneur de la région, en présence des forces de sécurité et de défense d'Agadez, d'étudiants, de sous-officiers, d'élus locaux et de chefs religieux, entre autres. L'objectif de cette campagne était de collecter et de détruire les armes saisies et confisquées au Niger. Dans le cadre de cette campagne, plusieurs armes ont été collectées : 25 saisies d'armes à Abalak, qui ont conduit à la collecte de 138 autres armes et à plus de 500 armes centralisées sur des conteneurs installés dans la région de Tahoua. A Agadez, 30 armes ont été remises par la population, devant le ministre de l'Intérieur et de la Sécurité Publique, en réponse au message développé lors de la campagne de collecte d'armes lancée dans la région et à la suite des missions de sensibilisation menées dans le pays. En savoir plus