L'ONUDC forme des fonctionnaires maliens sur le traitement des victimes et des témoins

English

Les victimes et les témoins jouent un rôle crucial dans le processus de justice pénale, puisque dans de nombreux cas, sans leur aide avec le signalement qu'un crime a eu lieu et leur apport des éléments de preuve, il peut être difficile de réussir les poursuites et de porter le délinquant devant la justice. En outre, ils sont un rappel que les infractions pénales non seulement causent préjudice à la société en général, mais à des vrais personnes dont les droits ont été violés par les actes de l'auteur de l'infraction.

Pour soutenir les pays du Sahel dans l'amélioration du traitement que les victimes et les témoins reçoivent par des fonctionnaires de la justice pénale, l'ONUDC mène des formations nationales dans chaque pays de la région. Le premier pays à bénéficier de cette initiative fut le Mali, où l'ONUDC a formé trente-huit (38) fonctionnaires de la justice pénale représentant la police, la gendarmerie et les juges (magistrats du siège, procureurs et juges d'instruction). Des avocats ont également pris part à l'atelier. Les participants provenaient de Bamako, Sikasso, Niono, Kita, Yelimane, Ségou, Kadiolo, Kayes, Mopti et Kalana.

La formation, qui a eu lieu du 4 au 6 août, 2015 à Bamako, a été réalisée par les experts internationaux, Mme Hanan Talbi, experte en matière de protection des victimes, des témoins qui travaille actuellement pour le Bureau commun des Nations Unies de la MONUSCO-OHCHR dans la République démocratique du Congo; Mme la Juge Vera Ngassa, actuellement juge de la Cour d'appel du Cameroun; et M. Pierre-Claver Nzeyimana, Représentant de la MINUSMA, ainsi que le personnel de l'ONUDC du Bureau régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

Participants during the workshop in Bamako
Participants during the workshop in Bamako

La formation a été dispensée sous forme de présentations interactives par les experts, ce qui a permis aux participants de poser des questions et faire des commentaires. Les présentations, qui ont été livrés au cours des trois jours de formation ont couvert les thématiques suivantes : le rôle des victimes et des témoins dans le processus de justice pénale; la victimisation; les dénonciateurs; l'accès à la justice et le traitement équitable des victimes et des témoins durant les différentes phases de la procédure judiciaire: pré-procès, le procès et après le procès; et les mesures concernant les groupes vulnérables.

Le dernier jour de la session, les participants ont été divisés par groupes en fonction de leur rôle dans le système de justice pénale afin d'identifier les mesures, basées sur la formation qu'ils ont reçue, qu'ils peuvent mettre en œuvre à partir de maintenant dans le traitement des victimes et des témoins. Une fois que chaque groupe avait fini avec un aperçu clair, leurs conclusions ont été présentées lors d'une session plénière pour que les autres groupes et les experts puissent fournir des commentaires et des recommandations.

Cette formation fut une mise en œuvre de l'une des recommandations de la première réunion régionale des pays du Sahel sur la protection des victimes et des témoins organisées par l'ONUDC à Nouakchott, en Mauritanie, du 2 au 4 Décembre 2014, à la fin de laquelle la délivrance de formations initiales et continues a été jugée nécessaire pour tous les fonctionnaires de la justice pénale et d'autres acteurs en contact avec les victimes et les témoins. Cette formation a été rendue possible grâce au soutien de l'Autriche.