L'ONUDC forme les principaux acteurs de la chaîne de la justice pénale au Mali et au Niger à la lutte contre la TdP/TIM

English

Les pays d'Afrique de l'Ouest, et en particulier les États sahéliens sont de plus en plus exposés à la menace posée par la criminalité transnationale organisée, telle que la traite des êtres humains et le trafic illicite de migrants.

Ces réseaux criminels déroutent quotidiennement les droits de l'homme fondamentaux et ne cessent de compromettre l'Etat de droit des Etats, tout en menaçant leur stabilité et la paix intérieure. Dans le cadre de son assistance visant à renforcer la réponse des gouvernements sahéliens face à la criminalité transnationale organisée et au terrorisme, l'ONUDC a lancé une stratégie de formation des formateurs avec les instituts nationaux reliés aux problématiques de TdP/TIM. Cette stratégie est destinée à renforcer les capacités des responsables de l'application des lois et des magistrats afin de lutter plus efficacement contre la criminalité transnationale organisée, et plus spécifiquement celle liée à la traite des personnes et au trafic illicite de migrants.

Toujours dans le cadre de cette stratégie, deux programmes supplémentaires ont été lancés au Mali et au Niger en 2018, permettant à l'ONUDC de dispenser une nouvelle formation aux acteurs essentiels de la chaîne judiciaire en charge des affaires de TdP/TIM. Ces nouveaux programmes visaient principalement à renforcer les capacités de détection, d'enquête et de poursuite concernant les affaires de TdP/TIM et à améliorer les mécanismes de coordination tout au long de la chaîne de la justice pénale dans la région du Sahel.

Photo de groupe des participants
Photo de groupe des participants

L'ONUDC a donc organisé un atelier de formation au Mali du 24 au 26 septembre 2018, auquel ont participé un total de 25 magistrats maliens basés dans tout le pays et en charge de cas liés à la TdP/TIM. L'atelier était dirigé par des experts de l'Institut national de formation judiciaire du Mali (INFJ), ayant déjà bénéficié d'une formation de l'ONUDC dans le cadre de sa stratégie de formation des formateurs.

L'atelier a fourni aux magistrats de nouvelles informations pertinentes sur l'aspect transnational de cette activité criminelle. Ce faisant, la formation a mis en évidence l'importance d'évaluer les besoins en mécanismes spécifiques pour une mise en œuvre efficace de la coopération judiciaire entre les maillons de la chaîne pénale ainsi que toutes les forces concernées en matière de lutte contre le TdP/TIM.

L'ONUDC a ensuite organisé au Niger, du 2 au 12 octobre 2018, un atelier de formation à l'intention de 20 agents de la police et de la gendarmerie nationale. Cet atelier de formation complétait également la stratégie en cours de formation de l'ONUDC, dans la mesure où 20 instructeurs de l'école de police avaient déjà été formés une année auparavant sur la criminalité de TdP/TIM.

La formation a donc pu servir de plateforme pour échanger sur des questions liées à la TdP/TIM et a fourni aux agents des informations mises à jour sur les instruments judiciaires en vigueur relatifs à la criminalité transnationale. Cette session de formation a mis en évidence le besoin de renforcer la coopération avec les autorités judiciaires impliquées dans ces affaires et d'améliorer les interactions entre les responsables de l'application de la loi, le tout dans le but de réprimer plus efficacement les violations liées à la TdP/TIM.

Cette activité était organisée dans le cadre de la contribution de l'ONUDC à la stratégie des Nations Unies pour le Sahel (Programme Sahel) et du projet PROMIS visant à renforcer la capacité des États de l'Afrique de l'Ouest à élaborer une réponse à la problématique de la TdP/TIM, si étroitement liée aux droits de l'homme.