L'ONUDC établit une voie à suivre pour lutter contre la criminalité organisée et le terrorisme dans le Sahel

English

Le terrorisme, la drogue, le trafic illicite, la criminalité organisée et la corruption sont des phénomènes récurrents et interdépendants mettant en danger la paix et la sécurité dans la région du Sahel. Les menaces posées par les combattants terroristes étrangers ou l'implication d'enfants dans des activités terroristes sont des nouveaux défis en pleine évolution auxquels la région est de plus en plus confrontée.

Compte tenu de cela, le Programme Sahel de l'ONUDC a organisé sa première réunion du Comité directeur les 12 et 13 avril 2016 à Dakar, au Sénégal pour décider de l'orientation précise des futures priorités du programme. La réunion a rassemblé des hauts fonctionnaires venus de l'Algérie, du Burkina Faso, de la Libye, du Mali, du Maroc et du Tchad, ainsi que des envoyés du G5 Sahel et des experts de l'ONUDC. Cela a donné aux divers experts régionaux l'opportunité d'évaluer les progrès considérables réalisés dans le cadre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et faire des recommandations sur la voie à suivre.

La réunion a comporté plusieurs présentations mettant en évidence les réalisations et les défis des efforts passés et actuels de l'ONUDC pour renforcer la justice et l'application de la loi aux côtés de ses partenaires et homologues gouvernementaux. Depuis le début du Programme Sahel en janvier 2014, l'ONUDC a mené plus de 190 activités au niveau national et régional, a atteint plus de 5 900 bénéficiaires directs et a produit des résultats tangibles que l'on retrouve dans son récent rapport d'activité.

Participants à la réunion aux côtés de Mme. Hiroute Guebre Sellassie
Participants à la réunion aux côtés de Mme. Hiroute Guebre Sellassie

Dans son discours d'ouverture, la Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général de l'UNOWAS, Mme Hiroute Guebre Sellassie, a réaffirmé que la coopération dans la région du Sahel était particulièrement importante à la lumière de la criminalité transfrontalière et du climat actuel de peur dans lequel la région est plongée depuis la montée de l'extrémisme et les nombreux attentats terroristes survenus.

Elle a souligné l'importance du Programme Sahel de l'ONUDC « dans le renforcement des capacités des gouvernements afin d'affronter ces défis », réitérant ainsi l'importance de l'appropriation nationale dans la mise en place de solutions durables répondant aux défis sécuritaires actuels. Ces déclarations font allusion à la nécessité croissante de renforcer la coopération régionale parmi les pays du Sahel mais aussi entre les gouvernements du G5 Sahel et leurs homologues du Maghreb.

Les participants ont saisi l'occasion pour confirmer leur soutien au Programme Sahel, et pour formuler des priorités stratégiques pour sa continuation. Ils ont discuté des sujets tels que les effets déstabilisateurs posés par les combattants terroristes étrangers, ainsi que la nécessité de lutter contre l'exploitation des enfants et des adultes par les groupes terroristes. Les participants ont décidé d'incorporer ces questions dans le cadre du Programme.

Participants échangeant leurs points de vue sur le Programme Sahel
Participants échangeant leurs points de vue sur le Programme Sahel

Comme une prérogative pour toute réponse à la lutte contre la criminalité et le terrorisme dans la région, le Représentant du bureau régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, M. Pierre Lapaque, a, en particulier, insisté sur l'importance des droits procéduraux et humains. Il a également réitéré la pertinence de renforcer la législation nationale, améliorer les contrôles aux frontières et faire une meilleure utilisation des preuves scientifiques dans les tribunaux.

Fondé en 2013 pour répondre aux défis de sécurité qui touchent le Sahel, le Programme Sahel de l'ONUDC soutient le développement de systèmes de justice pénale accessibles, efficaces et responsables pour lutter contre le trafic illicite, le trafic de drogue, le crime organisé, le terrorisme et la corruption dans la région. En tant que piliers du Programme Sahel de l'ONUDC, la lutte contre la corruption et le blanchiment d'argent, le contrôle des frontières, les systèmes de justice pénale efficaces, les preuves scientifiques et médico-légales, et la gestion des prisons possèdent un fort pouvoir d'atténuation des causes de l'instabilité actuelle dans la région.

Les activités de l'ONUDC dans la région du Sahel sont soutenues par les contributions de l'Autriche, l'Allemagne, le Canada, le Danemark, l'Espagne, les Etats-Unis, la France, le Japon, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et l'Union Européenne.

Les activités de l'ONUDC dans la région du Sahel sont soutenues par les contributions de l'Autriche, l'Allemagne, le Canada, le  Danemark, l'Espagne, les Etats-Unis, la France, le Japon, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et l'Union Européenne.
Les activités de l'ONUDC dans la région du Sahel sont soutenues par les contributions de l'Autriche, l'Allemagne, le Canada, le Danemark, l'Espagne, les Etats-Unis, la France, le Japon, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et l'Union Européenne.