Le Programme Sahel de l'ONUDC atteint les 10 000 bénéficiaires

English

Depuis son lancement en 2014, le Programme Sahel de l'ONUDC a mis en œuvre plus de 400 activités, au profit de 10 000 bénéficiaires directs dans la région. Le programme a organisé des ateliers et des formations complets sur la lutte contre la criminalité transnationale organisée, le terrorisme et la corruption et a fourni un appui à la mise en œuvre de mécanismes de réponse judiciaire conformes aux règles et normes internationales.

Pour harmoniser ses activités dans la région et ancrer davantage ses interventions dans les politiques régionales, l'ONUDC travaille en étroite collaboration avec le G5 Sahel, partenaire majeur dans la région. L'ONUDC a appuyé la mise en place de la Plateforme de coopération en matière de sécurité (PCMS) et de la composante police de la Force conjointe du G5 Sahel. À cet égard, l'ONUDC se coordonne également étroitement avec la stratégie de la MINUSMA au Mali et d'autres agences des Nations Unies pour mettre en œuvre son programme.

« En fournissant une assistance législative et technique, le programme Sahel de l'ONUDC renforce les capacités des autorités nationales et régionales compétentes. L'ONUDC intervient sur plusieurs questions pour appuyer les pays du Sahel dans leurs efforts pour développer des systèmes de justice pénale efficaces et garantir ainsi que tous les représentants dans la chaîne pénale bénéficient des activités », souligne Erik van der Veen, coordinateur du Programme Sahel de l'ONUDC.

En plus de promouvoir le renforcement des capacités au niveau national, l'ONUDC assure une approche transfrontalière intégrée dans la lutte contre le trafic illicite et la criminalité organisée, en abordant la dimension mondiale de la lutte contre le trafic illicite transnational. A travers des formations qui améliorent les techniques et les instruments des agents des forces de l'ordre dans la région, le soutien de l'ONUDC a conduit à des résultats encourageants dans divers domaines d'intervention. En 2017 par exemple, un total de 35,54kg de drogues ont été saisis aux aéroports internationaux de la région et des saisies de devises pour d'un montant de 1 001 632 USD et 113 120 EUR ont été effectuées, suite à l'assistance du programme AIRCOP.

L'ONUDC renforce également les capacités des gouvernements et des acteurs de la société civile à identifier et lutter contre la traite d'être humain et le trafic illicite de migrants en fournissant des services de conseil aux écoles nationales de formation dans les pays du Sahel pour l'intégration de module de formation dans leurs programmes. Les instructeurs des académies de police et de gendarmerie du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont récemment approuvé des manuels de formation sur la lutte contre le traite de personnes et trafic de migrants.

En améliorant et renforçant les systèmes de justice pénale en Afrique de l'Ouest et du Centre, l'ONUDC contribue à créer un environnement qui promeut et favorise la justice et la stabilité. En 2017, l'ONUDC a recruté et formé 10 VNU ayant une formation juridique pour aider une unité judiciaire spécialisée à fournir une assistance juridique au Niger, ce qui a permis de traiter 230 affaires de terrorisme en 60 jours.

De plus, le développement des capacités nationales et régionales pour prévenir et combattre efficacement la corruption reste une priorité importante pour l'ONUDC. Avec la création de la Cellule Norbert Zongo pour le journalisme d'investigation en Afrique de l'Ouest (CENOZO) en 2015, l'ONUDC vise à développer le journalisme d'investigation et à accroître sa capacité à enquêter sur la corruption et à dénoncer les pratiques corrompues.

Les armes à feu circulent en Afrique de l'Ouest et du Centre facilement et sans contrôle. Le trafic d'armes à feu dans les pays du G5 Sahel est de plus en plus répandu, ce qui augmente la menace d'attentats terroristes. Avec l'appui de l'ONUDC, les pays du Sahel ont récemment mené l'opération Africa TRIGGER III pour identifier les armes à feu obtenues illicitement.

Suite à l'évaluation à mi-parcours du programme, l'ONUDC s'est engagé à promouvoir davantage l'égalité des sexes et les droits de l'homme dans ses activités. Conformément à l'objectif de développement durable 5 sur l'égalité des sexes, l'ONUDC poursuit ses efforts pour promouvoir l'intégration de la dimension du genre dans la région. Actuellement, 13% des bénéficiaires des activités de l'ONUDC sont des femmes et le programme encourage le rôle des femmes dans la chaîne de justice pénale dans les pays d'intervention.

« La réalisation de cette étape est le résultat d'un effort collectif de nos experts hautement qualifiés de l'ONUDC basés à Dakar, Sénégal, mais aussi du personnel sur le terrain. Depuis 2004, nous sommes témoins d'un changement positif de la façon dont les institutions gouvernementales des cinq pays du Sahel prennent en charge les défis sécuritaires auxquels elles sont confrontées, et produisent des résultats encourageants grâce à l'aide fournie par notre organisation », note Jeffery Bawa, administrateur de programme pour l'ONUDC.

L'engagement de l'UNODC dans la région du Sahel est facilité par des financements provenant d'Allemagne, Autriche, Belgique, Canada, Danemark, Espagne, Etats-Unis, France, Japon, Luxembourg, Monaco, Norvège, Pays-Bas, et Union européenne.

Pour plus d'information: