L'ONUDC participe au renforcement de la coopération en matière de sécurité entre les États du G5 Sahel

English

Les 6 et 7 octobre 2015 des experts de l'ONUDC ont participé à un atelier pour la formulation du cadre juridique et institutionnel pour la coopération en matière de sécurité et de défense des États du G5 Sahel. Cet évènement fait suite à une réunion des ministres en charge de la sécurité dans la région tenue au mois de mai 2015 à Niamey, au cours de laquelle l'ONUDC s'était proposé d'apporter son assistance au G5 Sahel pour élaborer le cadre juridique fondant la création de ces institutions.

Cette réunion a ainsi permis aux experts du G5 Sahel d'examiner et pré-valider deux textes préparés par l'ONUDC portant respectivement sur les attributions de l'expert Défense et Sécurité et sur l'organisation et le fonctionnement de la Plateforme de coopération en matière de sécurité. Ces textes, préparés par l'ONUDC suite à de nombreuses consultations avec les experts des États de la région, ont ainsi été soumis aux autorités ministérielles du G5 Sahel pour examen et éventuelle signature lors d'une réunion qui aura lieu à N'Djamena, au Tchad au mois de décembre 2015.

L'ouverture des travaux de cet atelier était présidée par le Ministre de la Coopération internationale et de l'Intégration africaine, S.E. M. Cheickna Seydi Ahmady Diawara, accompagné du Secrétaire permanent du G5 Sahel, M. Najim Elhadj Mohamed ainsi que du Représentant régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre, M. Pierre Lapaque.

Dans son discours d'ouverture M. Lapaque a indiqué que « le document validé [...] va non seulement témoigner du dynamisme qui règne au sein de votre jeune organisation, mais également participer au renforcement de sa crédibilité sur le plan international et à la prise de conscience par les autres acteurs internationaux de l'importance et du rôle qu'elle doit jouer sur les plans de sécurité régionale et internationale ».

Créé en décembre 2014 afin de coordonner les politiques de développement et de sécurité des États de la région, le G5 Sahel est un cadre institutionnel qui réunit le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad.

A ce titre, et en parallèle de cet évènement régional, M. Pierre Lapaque, a rencontré le Président de la République du Mali, S.E. M. Ibrahim Boubacar Keita, le Premier ministre, S.E. M. Modibo Keita, la Ministre de la Justice, des droits de l'Homme et Garde des Sceaux, S.E. Mme Sanogo Aminata Mallé, le Ministre de la Sécurité Intérieure et de la Protection Civile, S.E. le Général ainsi que l'Ambassadeur du Royaume de Danemark, S.E. Mme Winnie Estrup Petersen, au cours d'audiences qui lui ont été accordées.

M. Pierre Lapaque et S.E. M. Ibrahim Boubacar Keita
M. Pierre Lapaque et S.E. M. Ibrahim Boubacar Keita

Les différentes personnalités rencontrées ont exprimé leur inquiétude quant à la recrudescence de la criminalité transnationale organisée et des trafics illicites au Mali depuis le coup d'État de 2012. Par conséquent, celles-ci ont indiqué leur volonté de travailler avec l'ONUDC, reconnu comme partenaire clé sur ces thématiques, afin de renforcer les capacités de la République du Mali à lutter adéquatement contre ces fléaux. Le Représentant régional a ainsi assuré aux autorités que l'ONUDC était disposé à les accompagner dans cette voie, pour les aider et les guider, étant le gardien de la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée et de la Convention des Nations Unies contre la corruption.

Organisées dans le cadre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, ces réunions constituent une nouvelle étape dans l'institutionnalisation du G5 Sahel. Elles marquent ainsi une volonté de la part des différents acteurs impliqués de collaborer dans la lutte contre la criminalité transnationale organisée, afin de faire du Sahel un espace de paix.

L'assistance de l'ONUDC en la matière rentre dans le cadre de la mise en œuvre de son Programme Sahel, notamment son volet relatif au renforcement des capacités des services chargés de l'application des lois dans la région à travers la création de mécanismes d'échange d'information et de coopération policière opérationnelle pour lutter contre le terrorisme, la criminalité transnationale organisée, le trafic de drogues et les autres formes graves de criminalité transfrontalière.