L'ONUDC s'engage à appuyer le G5 Sahel pour combattre le crime organisé, le terrorisme et la radicalisation

English

Les ministres de l'Intérieur des Etats membres du G5 Sahel se sont réunis le 14 mai 2015 à Niamey, au Niger, afin d'intensifier leur coopération dans la lutte contre la criminalité organisée dans la région du Sahel. Le G5 Sahel, qui comprend le Burkina Faso, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad, est un cadre institutionnel créé en décembre 2014 afin de coordonner les politiques de développement et de sécurité de la région.

Au cours de cette réunion de haut niveau, les pays du G5 ont abordé les principales problématiques qui frappent la région du Sahel, qui demeure l'une des plus pauvres au monde. Comme l'a déclaré le Secrétaire permanent du G5, Monsieur Najim El Hadj Mohamed, « depuis la débâcle en Libye, le nord de certains pays est devenu un no-mans land où vivent les terroristes, où tous les trafics illicites ont pris place. C'est le cas notamment du crime organisé à travers le trafic de drogues, d'armes, d'être humains et même l'économie de l'enlèvement. Donc il faut que les Etats se mettent ensemble pour contrecarrer cela ».

En effet, outre les divers types de trafics illicites, les questions de l'immigration clandestine et du terrorisme, ont fait l'objet d'une attention particulière à Niamey. 50 à 60% des migrants qui traversent la Libye vers l'Europe passent par la région du Sahel et celle-ci est par ailleurs fortement confrontée au fléau des groupes armés extrémistes tels qu'AQMI, Ansar Dine, Boko Haram et Al-Mourabitoune. La radicalisation s'est ainsi trouvée au cœur des discussions, sous le patronage de l'Envoyée Spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahel, Madame Hiroute Guebre Sellassie.

L'Envoyée Spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahel, Madame Hiroute Guebre Sellassie
L'Envoyée Spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour le Sahel, Madame Hiroute Guebre Sellassie

La Déclaration de Niamey réaffirme la volonté des Etats sahéliens de créer un espace commun de concertation et d'échange en matière de sécurité en adoptant de nouvelles recommandations opérationnelles. Dans leur déclaration finale, les Ministres de l'Intérieur se sont notamment accordés à mettre en place un système de communication informatisé et sécurisé pour faciliter l'échange d'informations ainsi qu'un centre d'études stratégiques. Au sein de la Plateforme, un mécanisme d'alerte précoce sera aussi établi.

Concernant la migration, le G5 s'est engagé à agir « en amont » pour lutter contre le trafic de migrants, en renforçant la collaboration entre les pays sources, de transit et de destination des migrations irrégulières, mais aussi avec les Etats membres de l'Union européenne ainsi que les agences spécialisées telles qu' Europol et Frontex. Des programmes ad hoc seront également mis en œuvre pour désintégrer les filières criminelles et combattre efficacement l'immigration clandestine. Une déclaration distincte a finalement été produite, visant à prévenir et combattre la radicalisation de l'extrémisme violent. Des mesures concrètes seront adoptées à cette fin, notamment au travers de la mise en place de mécanismes et de cadres d'analyse contextuelle, de sensibilisation des populations et de renforcement de capacités des institutions.

L'ONUDC compte apporter un soutien financier et logistique à cette initiative et s'est proposé notamment de prêter assistance au G5 dans l'élaboration d'un projet d'accord portant sur l'organisation et le fonctionnement de la plateforme de coopération en matière de sécurité. Il s'est par ailleurs pleinement engagé à participer à l'équipement des coordinations nationales et à la formation de leur personnel.

Le ministre français de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve , a conclu cette réunion en affirmant que « Les défis sécuritaires qu'il nous faut relever dans la région plaident pour une réponse concertée et coordonnée entre tous les pays et toutes les institutions concernés ». Le système de dispositif de communication informatisé et sécurisé prévu par le G5 est « la clé de l'efficacité dans la lutte contre le terrorisme et la criminalité organisée ». Etaient également présents, le Ministre espagnol de l'Intérieur, Monsieur Jorge Fernandez Diaz, ainsi que les divers représentants et envoyés spéciaux pour le Sahel de l'Union européenne, l'Union africaine et l'Organisation des Nations Unies.