Aider les autorités du Mali à traquer l'argent des terroristes

English

20 mars 2018 - Le Mali fait face à une unique combinaison de menaces associées à différentes formes de trafics et de terrorismes. Lutter contre le flux de financements des groupes terroristes grâce à des sanctions financières ciblées permettrait ainsi de réduire les menaces dans le pays, ce qui bénéficiera également à l'ensemble de la région.

Afin d'aider les forces de l'ordre à mieux comprendre ces menaces et à travailler efficacement pour les combattre, l'ONUDC a développé un programme de formation relatif aux techniques avancées de perturbations financières. Ce programme se penche également sur comment les pays peuvent exploiter au mieux les sanctions du Conseil de sécurité sur le financement du terrorisme conformément à la résolution 1267/1988 et dans le cadre d'un plan plus large relatif aux perturbations financières.

Ces formations ont été dispensées en février au Mali par le bureau de Dakar au Sénégal du Programme mondial contre le blanchiment d'argent de l'ONUDC (GPML) avec le soutien de l'équipe viennoise du GPML dont 15 participants de différentes agences de répression et détection.

Les techniques de perturbations financières peuvent être utilisées en complément des méthodes traditionnelles comme la poursuite pénale et permettent aux États membres de limiter les menaces liées aux réseaux terroristes en ciblant leur aptitude à lever, déplacer, stocker et utiliser des fonds.

Les participants ont appris à préparer un fichier d'identification sur un individu soupçonné de financer des activités terroristes. Un fichier d'identification permet au Conseil de sécurité des NU de déterminer si l'individu est conforme aux critères de la résolution 1267/1988 et pourra ainsi être sanctionné.

"Ce programme nous a aider à identifier et à limiter les menaces, en utilisant notamment les informations des services de renseignements" a déclaré un des participants. "Il est également devenu évident que travailler avec de multiples services nous aide à traiter les données opérationnelles."

"Ce programme est une alternative novatrice et efficace aux méthodes traditionnelles de lutte contre le financement du terrorisme - cela fonctionne car nous prenons les devants, nous planifions et nous mettons en place nos activités de perturbations financières de manière anticipée," a expliqué le participant.

Les experts maliens de lutte contre le financement du terrorisme, ayant suivi ce cours d'introduction, sont maintenant prêts à suivre, à l'avenir, un cours plus avancé.

L'ONUDC planifie de dispenser des programmes de formations similaires, dans les 6 mois, à des fonctionnaires en Somalie, en Afghanistan, au Moyen-Orient, en Afrique du Nord et au Kazakhstan. Ce cours, seul disponible sur le sujet, a été créé conjointement par l'équipe de surveillance de la résolution 1267/1988 du Conseil de sécurité des Nations Unies, le GPML de l'ONUDC et le Service de prévention du terrorisme (TPB) en coopération avec le Bureau de lutte contre le terrorisme des Nations Unies et la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme des Nations Unies (DECT) et Interpol.

Le développement et la mise en place du programme ont été soutenus notamment par le Canada, le Japon, la Norvège, la Russie et les États-Unis ainsi que par nos partenaires dans le système onusien.