Les chefs d'établissements pénitentiaires du Niger s'approprient le concept de « sécurité dynamique »

English

La lutte contre les groupes extrémistes violents au Mali et au Nigéria s'est traduite par l'arrestation de plusieurs membres accusés ou soupçonnés d'être affiliés à ces groupes, actuellement détenus dans les prisons du Niger. La création d'un climat favorable aux bonnes relations entre le personnel pénitentiaire et les détenus est un facteur qui participe à la sûreté et la sécurité dans les prisons. Les mesures prises pour assurer la sécurité vis-à-vis de l'extérieur (soit : empêcher toute évasion) et la sûreté interne (soit : empêcher les troubles) renvoient aux principes de la « sécurité dynamique » promus par l'ONUDC.

Pour faire face à ces défis, l'ONUDC a organisé un atelier sur la sécurité dynamique en milieu carcéral. L'atelier s'est déroulé du 5 au 7 avril 2016 à Niamey, au Niger. Responsables de l'Administration pénitentiaire, chargés de la sécurité, chefs et surveillants-chefs des établissements pénitentiaires ont renforcé leurs capacités par un échange fructueux avec les experts de l'ONUDC. Appuyée par le Fonds Européen de Développement de la Commission de l'Union Européenne, la formation a été mise en œuvre par le Ministère de la Justice du Niger à travers son « Programme d'Appui à la Justice et à l'Etat de Droit » (PAJED II). L'Administration pénitentiaire française a mis à disposition un expert en la personne de M. Linares, formateur expérimenté.

Selon Mme Adamou Bibata Boubacar, Directrice générale de l'Administration de la sécurité pénitentiaire et de la réinsertion, qui a présidé l'ouverture de l'atelier, la présence de détenus issus de groupes extrémistes violents est une source d'inquiétude pour les autorités pénitentiaires.

La formation avait comme objectif de sensibiliser les participants aux différents aspects de la sécurité dynamique et de son application dans les établissements pénitentiaires. Basée sur le Manuel sur la sécurité dynamique et le renseignement pénitentiaire, élaboré par l'UNODC, elle avait pour but d'améliorer la gestion des prisons et de renforcer la prévention de l'extrémisme violent.

Cette formation sur la sécurité dynamique permettra de gérer au mieux les relations entre le personnel et les détenus et de faciliter l'évaluation et la classification des détenus afin de garantir une gestion adaptée aux besoins et risques de chaque détenu.

L'ONUDC appuie les Etats à l'amélioration des conditions de détention incluant la mise en œuvre de politiques de sûreté et de sécurité dans les prisons et de la réinsertion sociale des détenus en conformité avec les règles et normes internationales pertinentes, en particulier l' Ensemble de règles minima des Nations Unies pour le traitement des détenus (Règles Nelson Mandela applicables au traitement des détenus et la gestion des prisons).