Le G5 Sahel renforce la coopération en matière de sécurité

English

La Plateforme de Coopération en Matière de Sécurité (PCMS) du G5 Sahel représente un mécanisme régional de coopération, de coordination et d'échange d'information visant à renforcer les capacités de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée. L'ONUDC a soutenu le Secrétariat du G5 Sahel afin de rédiger le cadre juridique de cette plateforme, adopté en novembre 2015 par les Chefs d'Etat du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, et continue à appuyer sa mise œuvre sur le terrain.

Dans le cadre de ce mandat, l'ONUDC a organisé en collaboration avec le G5 Sahel, le 8 et 9 novembre 2016 à Nouakchott, une réunion d'experts sur l'opérationnalisation de la PCMS afin d'échanger et trouver un accord sur les mécanismes qui seront utilisés pour rendre la coopération entre les 5 Etats effective et tangible sur le terrain. La rencontre, rendue possible grâce aux contributions des gouvernements du Danemark, du Japon et des Pays-Bas, avait également pour but d'intégrer la PCMS dans l'architecture sécuritaire des pays de la région et d'accroitre sa visibilité à l'échelon international.

Au cours de son discours d'ouverture, la Représentante régionale adjointe de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre a souligné que « seules des structures sécuritaires harmonisées, des outils efficaces d'échange d'information et des moyens adéquats de communication et d'action sont à même de permettre une coopération régionale fructueuse contre des phénomènes aussi menaçants et aussi complexes que le terrorisme, le trafic de drogue et la criminalité transnationale organisée ».

Les panélistes au cours de la cérémonie d'ouverture
Les panélistes au cours de la cérémonie d'ouverture

Les experts de l'ONUDC ont ensuite présenté les outils d'opérationnalisation dont dispose l'ONUDC visant à lutter contre les divers trafics par voie aérienne, maritime et terrestre, contre le terrorisme (notamment le déplacement des combattants étrangers) contre le trafic d'armes et de migrants et la criminalité transnationale organisée en général.

Ces outils, ainsi que la proposition d'associer la justice à ce processus d'opérationnalisation, ont fait l'objet de discussions et de soutien de la part des experts présents dont l'Expert Défense et Sécurité du G5 Sahel ; le coordonnateur régional, et les 5 coordonnateurs nationaux de la PCMS. Etaient également présents les chefs des services spécialisés chargés de la lutte contre les crimes transnationaux dans chacun des Etats parties, qui constitueront le bras opérationnel de ce projet régional.

Photo de groupe des participants
Photo de groupe des participants

Les participants se sont ensuite accordés sur des recommandations qui guideront les prochaines étapes de la mise en œuvre de la PCMS. Celles-ci incluent, entre autres, l'adoption des mécanismes d'opérationnalisation tels que proposés par l'ONUDC et la facilitation de leur appropriation par leurs services compétents, notamment les plateformes nationales, et les services de sécurité en charge de la lutte contre les crimes transnationaux.

Il est prévu que ces recommandations, assorties d'un plan d'action et d'une feuille de route, soient soumis pour approbation au niveau politique lors du prochain Conseil des Ministres de la Défense et de la Sécurité du G5 Sahel qui se tiendra à Bamako (Mali) en janvier 2017. Par ailleurs, la réunion a permis un accord sur la fourniture par INTERPOL d'un logiciel de communication sécurisée (I24/7) ainsi que la connexion de la Plateforme aux bases de données criminelles internationales et régionales ( WAPIS ) qui a rencontré le plus grand intérêt du G5 Sahel et des experts nationaux.

Créé en février 2014 par les Chefs d'Etat du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, l'objectif majeur du G5 Sahel est de coordonner les politiques et stratégies de développement et de sécurité des cinq Etats. L'ONUDC a établi un partenariat étroit avec cette institution afin de soutenir la conception et l'opérationnalisation de son architecture sécuritaire.

L'ONUDC soutient les efforts de sécurité du G5 Sahel dans le cadre de la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et de son Programme Sahel, qui vise à promouvoir le renforcement des capacités de lutte contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée des autorités de la région à travers des systèmes de justice pénale accessibles, efficaces et responsables.

Cette activité a été financée par le Danemark, le Japon et les Pays-Bas