Renforcer la justice pénale contre le terrorisme au Sénégal

English

Améliorer les capacités d'investigation, de poursuite et d'arbitrage des juges, procureurs et agents d'application de la loi, est une des méthodes clefs par lesquelle l'ONUDC équipe les pays du Sahel avec des outils pour faire face au terrorisme. A travers le renforcement des capacités de leurs systèmes de justice pénale, les pays du Sahel peuvent mieux faire face à la menace du terrorisme avec et y répondre efficacement.

A travers l'échange d'expériences et de pratiques et l'organisation d'ateliers de formation, les juges, les procureurs et les agents d'application de la loi peuvent apprendre comment sécuriser une scène de crime, protéger et utiliser des preuves qui peuvent être utilisées pour poursuivre des suspects ainsi que renforcer leurs compétences analytiques nécessaires pour mieux comprendre les tendances terroristes, par exemple.

Dans le cadre de sa contribution à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel et à travers son Programme Sahel, le Bureau Régional de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre a organisé un atelier pour les juges, les procureurs et les agents d'application de la loi sénégalais responsables d'affaires de terrorisme du 26 au 28 juilllet 2016. Ouvert par Pierre Lapaque, le Représentant régional, Vivian Huijgen et Josephine Frantzen de l'embassade des Pays-Bas au Sénégal et financé par le Gouvernement des Pays Bas, cet atelier a visé à améliorer les capacités des praticiens de la justice pénale du Sénégal à enquêter sur les affaires de terrorisme.

Représentants de l'ONUDC et de l'ambassade des Pays-Bas durant l'atelier
Représentants de l'ONUDC et de l'ambassade des Pays-Bas durant l'atelier

Plus que vingt participants des organismes de justice spécialisés dans le traitement d'affaires liées au terrorisme de plusieurs régions du Sénégal ont pris part à l'atelier. Les participants comprenaient des juges, des procureurs et des agents d'application de la loi. Ils se sont réunis pour cet atelier de trois jours pour trouver de meilleures solutions aux problèmes auxquels ils font face à dans les enquêtes liées au terrorisme, et pour acquérir une meilleur compréhension des différents outils et techniques qui peuvent aider à faire avancer ces enquêtes.

Avec l'aide d'experts de l'ONUDC, des Pays-Bas, de la France et du Niger, l'atelier a fourni aux participants des connaissances pratiques et opérationnelles. Les participants ont travaillé sur des exercices d'affaires fictives impliquant un incident terroriste dans le but d'identifier les démarches qui doivent être prises pour enquêter. Ils ont aussi échangé sur des affaires réelles décrites par des experts étrangers qui ont une vaste expérience dans les enquêtes terroristes, ce qui a exposé les participants à une large palette de scénarios auxquels ils ont fait face ou ils vont faire face dans les années à venir.

Exposer des individus qui sont en première ligne à des exercices pratiques et à d'autres professionnels qui travaillent sur des questions similaires a permis le développement de réseaux personnels et professionnels renforcés parmi les individus qui peuvent avoir à collaborer sur des affaires liées au terrorisme dans le futur.

A la fin de l'atelier, les participants ont exprimé leur appréciation de la méthodologie utilisée durant l'atelier, déclarant que les simulations ainsi que le partage d'expériences par leurs collègues seront de grande utilité pour leurs futures enquêtes. Les participants ont ainsi demandé un exercice de simulation qui leur permettra de mettre ces connaissances en pratique.