Les gouvernements du Sahel s'entendent sur de nouvelles priorités stratégiques avec l'ONUDC et ses partenaires internationaux

English

Le terrorisme et la criminalité transnationale organisée au Sahel ont connu une évolution préoccupante ces dernières années, et ce surtout depuis 2012, date à laquelle la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel a été lancée par le Conseil de sécurité (CSNU). La constante évolution des menaces qui affectent la région nécessite des réponses flexibles de la part des gouvernements. Afin de répondre à ce besoin d'adaptabilité, le Programme Sahel de l'ONUDC a créé un Comité directeur pour s'assurer que la communauté internationale soit apte à répondre aux besoins, souvent changeant, des pays du Sahel.

Les 5 et 6 avril 2017, le programme Sahel a tenu sa deuxième réunion de son Comité directeur à Dakar. Les gouvernements participants ont eu l'occasion de partager leurs principaux résultats ainsi que leurs prévisions en termes de besoins d'assistance technique avec les experts du Programme Sahel. Ces derniers ont également détaillé les résultats obtenus dans leurs programme respectifs, comme par exemple le programme de prévention du terrorisme, de lutte contre le trafic d'armes à feu, de lutte contre la traite des personnes et le trafic des migrants, et le programme de lutte contre le blanchiment d'argent, entre autres.

Des représentants du Burkina Faso, de la Libye, du Mali, de la Mauritanie, du Maroc, du Niger, du Tchad et du G5 Sahel ont débattu avec les experts du siège de l'ONUDC à Vienne, du Bureau régional pour l'Afrique du Nord et le Moyen-Orient et du Bureau régional pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre pour identifier les meilleures manières de poursuivre leur partenariat dans le cadre du Programme Sahel.

Group photo of the participants to the Sahel Programme's second steering committee meeting, 5 and 6 April 2017
Group photo of the participants to the Sahel Programme's second steering committee meeting, 5 and 6 April 2017

Mme Hiroute Guebre Sellassie, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général au Bureau des Nations Unies pour l'Afrique de l'Ouest et le Sahel (UNOWAS) a assisté à la cérémonie d'ouverture de la réunion et a félicité la création récente au Burkina Faso de pôles judiciaires spécialisés contre la criminalité transnationale organisée et le terrorisme. Elle a également souhaité féliciter la création à Bamako et Niamey de Cellules Aéroportuaires Anti-Trafic (CAAT) chargées des interceptions.

L'ONUDC a également eu l'honneur d'accueillir Mme Mbaranga Gasarabwe, Représentante spéciale adjointe du Secrétaire général à la Mission multidimensionnelle de stabilisation des Nations Unies au Mali (MINUSMA) et Coordonnatrice résidente des Nations Unies pour le Mali, lors de cette réunion. Mme Gasarabwe a salué les efforts de l'ONUDC, son approche dynamique et pragmatique aux défis de la région et son partenariat efficace avec ses pays bénéficiaires, crucial pour une mise en œuvre réussie des réformes nécessaires.

Mme Hiroute Guebre Sellassie and M. Pierre Lapaque
Mme Hiroute Guebre Sellassie and M. Pierre Lapaque

Le Général Mohamed Znagui, Expert Défense et Sécurité du G5 Sahel, a pris la parole pour informer les participants présents sur les efforts mis en place par son organisation, notamment en ce qui concerne la Plateforme de Coopération en Matière de Sécurité (PCMS), institutionnalisée et en cours d'opérationnalisation, grâce à une étroite collaboration avec l'ONUDC.

Plusieurs recommandations ont été discutées et approuvées au cours des dernières sessions du deuxième jour de réunion. Une attention particulière a été accordée à la cybercriminalité et à l'utilisation d'Internet et de nouvelles technologies dans les activités illicites, ainsi qu'à la nécessité de sensibiliser et de former les différents acteurs impliqués dans les affaires où des enfants sont recrutés et exploités par des groupes terroristes ou extrémistes violents. De telles recommandations montrent précisément la volonté de l'ONUDC et de ses partenaires de s'adapter à un environnement en constante évolution, et de fournir une réponse intégrée et durable aux menaces propres au XXIe siècle.

General Znagui, G5 Sahel
General Znagui, G5 Sahel
 Les participants durant une session de discussions
Les participants durant une session de discussions
Mme Mbaranga Gasarabwe and M. Pierre Lapaque
Mme Mbaranga Gasarabwe and M. Pierre Lapaque

Le 7 avril, des représentants des principaux bailleurs du Programme du Sahel, à savoir l'Autriche, l'Allemagne, la Belgique, le Canada, l'Espagne, la France, le Japon, le Luxembourg, les Pays-Bas et l'Union européenne ont participé à une table ronde pendant laquelle les recommandations finales ont été présentées et discutées.

Le programme Sahel a créé son Comité directeur lors de la Réunion Stratégique de janvier 2015, qui a tenu sa première réunion en avril 2016. Ces événements servent de forums de consultation pour évaluer et orienter la mise en œuvre de la contribution de l'ONUDC à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, l'un des 9 projets phares de la Stratégie conçue par le CSNU en 2012 pour répondre aux crises en Libye (2011) et au Mali (2012).