Près de 100 éléments de la composante police du G5 Sahel formés au Tchad

English

A la demande du Gouvernement tchadien, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a développé et organisé une formation nationale sur la composante police et son rôle au sein du dispositif sécuritaire national, régional et international du 6 au 8 novembre 2018 à N'Djaména.

Au cours de ces trois journées de formation, près d'une centaine de participants ont été sensibilisés sur ce nouvel instrument de la Force Conjointe, qui permet d'assurer la judiciarisation des opérations militaires et de renforcer le respect des droits de l'Homme.

La Force Conjointe du G5 Sahel, créée en février 2017 par les Etats du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, a pour mission de lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée dans le Sahel.

Les gendarmes de la brigade prévôtale et les éléments de l'unité d'investigations spécialisées, qui forment la composante police de la Force Conjointe au Tchad, ont été les principaux bénéficiaires de cette formation, aux côtés d'officiers militaires de la Force Conjointe et des autorités judiciaires du Pôle antiterroriste.

Au cours de cette formation, le Conseiller Police de la Force Conjointe, le Commissaire Sidi Aly, a rappelé la structure et les missions de la composante police. L'expert ONUDC et magistrat nigérien, Abdoulaye Goubé, a par la suite développé les aspects juridiques et de coopération liés à cette composante.

Au cours des nombreux échanges durant la formation, les participants ont partagé leurs expériences de terrain et ont abordé les aspects de respect des droits de l'Homme et d'intégration du genre. Ils ont également souligné les besoins en termes de matériels et de formations.

« Il ne s'agit plus d'aller à la guerre comme on va à la guerre » a rappelé le point focal du G5 Sahel au Tchad, M. Enoch T. Djondang, « il faut assurer un maximum de judiciarisation, d'enquêtes et de respect des droits de l'Homme ».

Au cours des derniers mois, le Secrétariat Permanent et les Etats du G5 Sahel ont multiplié leurs efforts pour développer et mettre en œuvre cette composante police, avec le soutien de l'ONUDC et des autres partenaires. Deux réunions régionales ont été organisées à Bamako et à Niamey, respectivement en décembre 2017 et en avril 2018 pour définir le cadre et les missions de la composante police, et des missions collégiales se sont rendues dans les cinq capitales entre juillet et octobre 2018 afin d'impulser et d'orienter la mise en œuvre au niveau national.

Suite à ces initiatives, la République du Tchad a signé un décret relatif à la composante police et a désigné près de 80 éléments pour la composer. Cette formation a constitué la première activité de renforcement des capacités dans ce domaine dans la région. Elle sera répliquée dans les quatre autres Etats du G5 Sahel.

Le soutien de l'ONUDC à la composante police, financé par la République Fédérale d'Allemagne, est réalisé en collaboration avec le Secrétariat Permanent du G5 Sahel et les autres partenaires, en particulier l'Union européenne, Interpol, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme (CTED).

L'ONUDC appuie la composante police dans le cadre de son Programme Sahel, qui œuvre depuis 2014 au développement de systèmes de justice pénale accessibles, efficaces et responsables afin de mieux lutter contre le trafic de drogue, les trafics illicites, le crime organisé, le terrorisme et la corruption dans le Sahel.