Saisie de drogues en Mauritanie quelques jours après une formation antistupéfiants de l'ONUDC

English

Lundi 1er octobre 2018, l'Office Central de Lutte contre le Trafic Illicite de Stupéfiants et des Substances Psychotropes de la police mauritanienne a saisi 3,5 kilogrammes de résine de cannabis, à la suite d'une formation réalisée la semaine précédente par l'ONUDC en matière de lutte contre le trafic international de stupéfiants. Informés de la présence éventuelle de drogues, les policiers de ce service ont réalisé une perquisition et ont déterré deux colis de résine de cannabis enfouis dans le sol.

La formation sur l'identification et la détection des stupéfiants de l'ONUDC s'était déroulée du 24 au 28 septembre 2018, et avait rassemblé 22 éléments de l'office antistupéfiants (y compris ceux ayant saisi la résine de cannabis), de la Police Technique et Scientifique, de la Gendarmerie et de la Plateforme de Coopération en Matière de Sécurité. Au cours de cette formation, les participants ont réalisé un exercice de perquisition dans une chambre d'hôtel, après avoir suivi un module théorique sur la méthodologie de la perquisition. Ils ont également travaillé à la rédaction d'un procès-verbal avec les deux formateurs.

Cette formation a permis d'enrichir les connaissances des participants en matière d'identification des produits précurseurs, des laboratoires clandestins et des moyens de dissimulation ainsi que de rappeler la méthodologie du contrôle, de la gestion des informateurs et de l'interrogatoire. Des tests de drogue ont également été réalisés sur des saisies précédemment réalisées.

 les participants de la formation au Burkina Faso réalisent une perquisition
les participants de la formation au Burkina Faso réalisent une perquisition
 les participants de la formation au Burkina Faso réalisent une perquisition
les participants de la formation au Burkina Faso réalisent une perquisition

Cette activité était la dernière d'une série de formations nationales en matière de lutte contre le trafic international de stupéfiants, réalisées dans les pays du G5 Sahel (Burkina Faso, Mauritanie, Mali, Niger et Tchad), entre août et septembre 2018. Elles ont rassemblé les officiers de police judiciaire spécialisés en matière de lutte contre les drogues, issus de la Police, de la Gendarmerie, des Douanes, ainsi que des éléments de la PCMS et de la Cellule Aéroportuaire Anti-Trafics (CAAT). Au total, 85 éléments dont 18 femmes ont participé à ces formations.

Ces formations ont permis de mettre en contact ces éléments opérationnels avec les membres de la PCMS et de former de manière harmonisée, avec les mêmes techniques, les officiers spécialisés la région du G5 Sahel, afin de faciliter leur collaboration au cours d'enquêtes conjointes transfrontalières, prévues par l'accord sur les PCMS.

Cette série de formations a été réalisée dans le cadre du programme d'appui de l'ONUDC à la PCMS du G5 Sahel, soumis au Secrétariat permanent en janvier 2017. Afin de lutter contre le terrorisme et la criminalité transfrontalière organisée, les Etats du G5 Sahel ont mis en place un mécanisme de coopération policière sous le nom de Plateforme de Coopération en Matière de Sécurité (PCMS). Cette Plateforme possède des antennes nationales dans chacune des capitales du G5 Sahel et a pour objectif de faciliter l'échange d'informations entre les services de sécurité des Etats du G5.

Le programme d'appui de l'ONUDC est mis en œuvre dans le cadre de son Programme Sahel. Ce dernier soutient le développement dans la région de systèmes de justice pénale accessibles, efficaces et responsables destinés à lutter de manière effective contre le trafic de drogue, les trafics illicites, le crime organisé, le terrorisme et la corruption. L'ONUDC collabore étroitement avec l'Union Européenne, Interpol et l'agence de coopération allemande (GIZ) dans la mise en œuvre de ce programme d'appui.