L'ONUDC forme une centaine d'officiers burkinabés à la Composante Police de la Force Conjointe du G5 Sahel

English

Près d'une centaine de participants ont été sensibilisés au concept de la Composante Police, dont l'objectif est d'assurer la judiciarisation des opérations militaires de la Force Conjointe et de renforcer le respect des droits de l'Homme dans la lutte contre le terrorisme, au cours d'une formation organisée par l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) et le G5 Sahel du 11 au 15 mars 2019 à Ouagadougou.

La Force Conjointe du G5 Sahel , créée en février 2017 par les Etats du Burkina Faso, du Mali, de la Mauritanie, du Niger et du Tchad, a pour mission de lutter contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée dans le Sahel. En novembre 2017, le G5 Sahel a requis l'appui de l'ONUDC afin d'établir et opérationnaliser la Composante Police et d'ainsi permettre à la Force Conjointe de remplir sa mission tout en réalisant des procédures judiciaires transparentes, efficaces et responsables. La Composante Police comprend une brigade prévôtale de gendarmerie et une unité d'investigations dans chacun des cinq pays.

Les théatres d'opérations de la Force Conjointe (après l'attaque de Sévaré, le QG est désormais à Bamako)
Les théatres d'opérations de la Force Conjointe (après l'attaque de Sévaré, le QG est désormais à Bamako)

Pendant cinq jours, une centaine d'acteurs et collaborateurs de la Composante Police du Burkina Faso ont pris part à une formation nationale sur la Composante Police afin de mieux comprendre son rôle au sein du dispositif sécuritaire national, régional et international. Ainsi, le Conseiller Police de la Force Conjointe, le Commissaire Sidi Aly, a expliqué le concept et les missions de la Composante Police et des experts nigériens ont eu l'occasion d'évoquer les bonnes pratiques mises en place au Niger dans la lutte contre le terrorisme. Des représentants burkinabés ont quant à eux expliqué le cadre juridique national en vigueur dans leur pays. Les liens entre la Composante Police et les Plateformes Nationales de Coordination en Matière de Sécurité (PCMS) ont également été évoqués. Enfin, les questions de l'intégration du genre et du respect des droits de l'homme dans la mise en œuvre des opérations de la Force Conjointe ont été abordées.

Cette activité a réuni l'ensemble des maillons de la chaine pénale burkinabé : officiers supérieurs militaires, en particulier le Commandant du bataillon burkinabé du G5 Sahel et son adjoint, prévôts, éléments de la BSIAT (Brigade Spéciale des Investigations Antiterroristes/l'unité d'investigations du Burkina Faso), magistrats du Pôle Judiciaire Spécialisé antiterroriste (PJS) et membres de l'administration pénitentiaire. Ainsi, chacun a pu comprendre son rôle direct ou indirect dans la mission de la Composante Police, telle que conceptualisée par les pays membres du G5 Sahel, et l'importance de la collaboration.

Les résultats de ces échanges ont été tels que les participants ont proposé des recommandations à l'endroit des autorités burkinabé et des partenaires internationaux pour surmonter les défis actuels auxquels ils faisaient face dans leurs missions. Ces recommandations portant sur la réorganisation de la BSIAT et du PJS ont été présentées aux plus hautes autorités de l'Etat. Autre résultat majeur de cette activité, le Commandant du bataillon militaire burkinabé du G5 a invité le substitut du procureur antiterroriste sur le théâtre des opérations dans le Nord du pays, afin de renforcer la compréhension mutuelle des missions et des défis de chacun.

« Je voudrais remercier sincèrement l'ONUDC pour cet accompagnement sans relâche pour l'opérationnalisation de la Composante Police de la Force Conjointe. Votre engagement aux côtés du G5 témoigne de votre attachement à un monde de paix et de cohésion dans cet espace sahélo-saharien » a rappelé le Ministre de la Sécurité du Burkina Faso, M. Ousséni Compaoré, au cours de la cérémonie de clôture.

Les missions de l'Union européenne EUCAP Niger et Mali, l'agence de coopération allemande (GIZ), le Danemark, les Etats-Unis, l'Allemagne et la France étaient également présentes. Il s'agit de la troisième formation nationale sur la Composante Police organisée par l'ONUDC et le G5 Sahel. Cette activité a eu lieu au Tchad en novembre 2018 et également en Mauritanie en décembre 2018.

Le soutien de l'ONUDC dédié à la Composante Police a permis d'atteindre des résultats concrets et notables dans les Etats du G5 Sahel. En moins d'une année, le Niger a ouvert une antenne de la Composante Police au plus près du théâtre des opérations, le Tchad et la Mauritanie ont signé un décret pour créer une unité d'investigations et le Burkina Faso a initié l'institutionnalisation de sa Brigade Spéciale des Investigations Antiterroristes.

Ce soutien est rendu possible grâce au financement de la République Fédérale d'Allemagne. Il est mis en œuvre dans le cadre du Programme Sahel de l'ONUDC et en collaboration avec le Secrétariat Permanent du G5 Sahel, l'Union européenne, INTERPOL, le Haut-Commissariat aux droits de l'homme (HCDH) et la Direction exécutive du Comité contre le terrorisme (CTED).

Le travail de l'ONUDC aux côtés du G5 Sahel et de ses bénéficiaires s'inscrit également dans le cadre du Programme régional de l'ONUDC en Afrique de l'Ouest et des Objectifs de développement durable des Nations Unies, en contribuant en particulier à l'atteinte de l'objectif 16 qui vise à "Promouvoir l'avènement de sociétés pacifiques et ouvertes à tous aux fins du développement durable, assurer l'accès de tous à la justice et mettre en place, à tous les niveaux, des institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous."