Une évaluation indépendante met en avant les bonnes pratiques du Programme Sahel de l'ONUDC

English

Le Programme Sahel est considéré comme l'un des programmes phares de l'ONUDC, comme le souligne le rapport final de  l'évaluation mi parcours publié récemment par une équipe indépendante. Le Programme inclut la quasi totalité des mandats de l'ONUDC, comme le montrent les résultats concrets réalisés par les gouvernements de la région, et détaillés dans le Rapport d'activité 2017 du Programme Sahel.

L'engagement important des différents acteurs est l'un des points forts du Programme, comme l'ont démontré les entretiens d'évaluation. S'agissant des bonnes pratiques, le rapport d'évaluation a souligné que les objectifs du Programme "demeurent extrêmement pertinents (...) aussi bien pour les besoins des Etats membres, que pour les priorités des bailleurs de fonds dans la région". L'évaluation a également souligné que "l'équipe de coordination est l'un des facteurs de la réussite du Programme, et représente l'une de ses meilleures pratiques". Cette équipe contribue par ailleurs à la visibilité du Programme, grâce à une "stratégie claire de communication et de marquen, par le biais des webstories et des rapports annuels".

Le rapport conclut que "le Programme Sahel est en phase avec les réalités locales ainsi qu'avec la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel (SINUS). Ses niveaux de financement et l'engagement continu des Etats membres et des bailleurs de fonds témoignent de son succès."

Les participants à la réunion du deuxième comité directeur du Programme Sahel, les 5 et 6 avril 2017
Les participants à la réunion du deuxième comité directeur du Programme Sahel, les 5 et 6 avril 2017

En plus de souligner les points forts du Programme, les évaluateurs ont formulé des recommandations sur les perspectives pour les années à venir. Une stratégie claire d'engagement avec les organisations de la société civile permettrait d'étendre la portée des activités du Programme Sahel dans les régions éloignées, où ces organisations pourraient contribuer, au titre de partenaires, à la mise en oeuvre des activités du Programme. De plus, les activités doivent davantage inrégrer des considérations liées à la prise en compte de la dimension du genre et aux droits de l'homme. Enfin, le Programme Sahel se doit de renforcer sa présence dans chacun des cinq Etats du Sahel, tout en poursuivant, dans le cadre de la SINUS, l'effort de coordination entre agences du Système des Nations Unies.

Cette évaluation indépendante, réalisée dans le cadre des principes directeurs de l'ONUDC, s'est déroulée en combinant recherche, observations de terrain, et entretiens avec les équipes de l'ONUDC, les gouvernements bénéficiaires, ainsi que les partenaires d'agences des Nations Unies, des organisations de la société civile, et les bailleurs de fonds. L'équipe d'évaluation a rencontré les 65 différents acteurs en se déplaçant au siège de l'ONUDC à Vienne, et dans les pays de la région du Sahel.

Le Programme Sahel a été conçu en réponse à l'importante détérioration de la situation sécuritaire en Libye et au Mali en 2012, en incluant la contribution de l'ONUDC à la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel. Fondé sur les besoins des Etats aux niveaux national et régional, il vise à faire face aux défis sécuritaires qui continuent d'affecter la région. Le Programme Sahel met l'accent sur le renforcement des capacités institutionnelles des Etats membres et de leurs systèmes de justice pénale contre le terrorisme et la criminalité transnationale organisée.