Le G5 Sahel et ses partenaires travaillent pour rendre opérationnelle la composante police de la Force Conjointe

English

Le 26 novembre, 2018, le G5 Sahel et ses partenaires techniques et financiers se sont réunis à Niamey, Niger dans le cadre d'une Conférence de coordination de l'assistance à la composante police de la force conjointe du G5 Sahel. Cette conférence a été organisée avec le soutien de l'ONUDC et a été présidée par le DGPN du Niger, en sa qualité de président du comité défense et sécurité - format sécurité du G5 Sahel.

Cette conférence fait suite aux ateliers de Bamako de décembre 2017, de Niamey d'avril 2018 et des missions collégiales organisées entre août et octobre 2018, et avait pour objectif de détailler aux partenaires techniques et financiers les besoins exprimés par les cinq Etats du G5 Sahel lors des missions collégiales dans l'opérationnalisation de la composante police de la force conjointe et d'y répondre, d'une manière coordonnée, efficace et inclusive.

Les différentes délégations des Etats du G5 Sahel ont eu l'occasion de faire des présentations succinctes des besoins prioritaires pour la mise en place de la composante police de la Force Conjointe dans leurs pays. Cette expression des besoins prioritaires permet aux partenaires techniques et financiers d'exprimer leur soutien pour l'opérationnalisation de cette composante police de manière plus précise. Aux termes des discussions un relevé des conclusions a été adopté. Lors de l'adoption de ces conclusions, le Directeur Général de la police nationale M. Souley Boubacar a félicité les participants, mais a également appelé à une célérité dans leurs actions et une harmonisation des appuis.

Photo groupe des participants à Niamey
Photo groupe des participants à Niamey

Cette conférence a rassemblé outre les représentants du Secrétariat permanent du G5 Sahel, des Directeurs Généraux de la Police et de la gendarmerie des Etats du G5 Sahel ou leurs représentants, et les Procureurs des Pôles Judiciaires Spécialisées en matière de contre-terrorisme et de lutte contre le crime organisé.

Lors de la cérémonie d'ouverture, le ministre d'Etat, ministre en charge de l'Intérieur et de la Sécurité publique, M. Bazoum Mohamed a relevé les besoins nécessaires dans le cadre de la juridicisation des dossiers issus des opérations de la force conjointe. Il a souhaité « qu'à travers vos réflexions, nous puissions nous garantir les conditions de l'opérabilité des matériels, d'harmonisation des conventions entre les cinq Etats du G5 Sahel, et que les discussions soient l'occasion de mettre en harmonie les engagements de tous nos partenaires, de rendre leurs assistances homogènes et cohérentes ».

Au total, cet atelier a réuni 61 participants, dont 15 femmes, y compris, parmi les partenaires techniques et financiers, des représentants de l'Union européenne, (EUCAP Sahel Niger et Mali et Délégation de l'UE au Niger), de la Capacité civile de planification et de conduite, de la Cellule de Coordination Régionale, du Programme d'appui au G5 pour la sécurité au Sahel, d'INTERPOL, de l'Allemagne, de la France, et des Pays-Bas, par exemple.

  Les Participants pendant la conférence
Les Participants pendant la conférence

L'ONUDC, dans le cadre de son Programme Sahel, a soutenu le G5 Sahel depuis sa création, tout d'abord dans l'institutionnalisation et l'opérationnalisation de sa Plateforme de coopération en matière de sécurité. Un partenariat solide et basé sur une forte confiance s'est depuis crée entre les deux organisations. Depuis novembre 2017, et à la demande expresse du Secrétariat permanent du G5 Sahel, l'ONUDC continue d'apporter son soutien à l'organisation et proposant son assistance technique et son expertise pour la conceptualisation et l'opérationnalisation de la composante police de sa force conjointe.

Cette conférence a été organisée grâce au soutien de l'Allemagne.