Consommation et trafic de drogues au Sénégal: renforcement de la surveillance et du traitement

English

La consommation de drogues, le trafic, la production et la culture de substances illicites affectent la plupart des pays dans le monde, ce qui pose des problèmes de santé publique, de développement et de sécurité à la fois dans les pays industrialisés et en développement. Selon un rapport d'évaluation de l'ONUDC de 2012, le Sénégal fait face à des problèmes liés à la drogue, principalement causés par une utilisation élevée de cannabis, de crack et à un degré moindre d'héroïne, déclenchant d'importantes conséquences sanitaires et sociales.

Des réponses nationales efficaces à ces problèmes comprennent à la foi la répression, pour arrêter ou réduire la production et le trafic de drogues illicites (réduction de l'offre), et des approches visant à prévenir la consommation de drogues et la dépendance, et à établir des programmes pour le traitement et les soins des utilisateurs (réduction de la demande).

Dans le cadre du Programme commun ONUDC/OMS sur le traitement et soin de la toxicomanie (PDDTC), l'ONUDC soutient les autorités et institutions compétentes au Sénégal pour atteindre deux objectifs principaux: (1) la disponibilité accrue et l'accessibilité de services de traitement et de soins de la dépendance, fondés sur des preuves scientifiques et (2) le développement d'un Observatoire national sur la lutte contre les drogues (ONLCD).

Dans cet esprit, le « Centre de Prise en charge intégrée des addictions de Dakar » (CEPIAD) a été récemment inauguré dans le cadre de la contribution de l'ONUDC au développement de services de traitement pour la toxicomanie suivant une approche scientifique. Les ressources de l'ONUDC s'ajoutent au financement d'autres partenaires pour créer un cadre fonctionnel dans lequel les services de traitement de la toxicomanie peuvent être livrés. Le nouveau centre a officiellement ouvert à l'hôpital universitaire de Dakar le 1er Décembre 2014, et offre le premier programme d'entretien à la méthadone d'Afrique de l'Ouest.

 Le "Centre de Prise en charge Intégrée des Addictions de Dakar" (CEPIAD), inauguré le 1 Décembre 2014
Le "Centre de Prise en charge Intégrée des Addictions de Dakar" (CEPIAD), inauguré le 1 Décembre 2014

En outre, du 24 au 28 Novembre 2014, l'ONUDC et l' Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ont organisé un atelier de formation sur l'Observatoire national sur la lutte contre les drogues au Sénégal. L'événement a eu lieu à Saly-Mbour (Sénégal) quelques jours avant l'inauguration du CEPIAD, réunissant environ 25 experts nationaux sur la collecte de données sur la drogue à partir de différentes structures.

L'atelier de cinq jours a été facilité par un expert international dans l'établissement d'observatoires sur la lutte contre les drogues, tandis que le soutien technique a été fourni par des experts de l'OMS à Genève et du Siège de l'ONUDC. Les participants qui ont assisté à la formation incluent des agents d'application de la loi et des centres de traitement ainsi que des experts impliqués dans la réduction de la demande de drogues. Ces experts, qui ont partagé leurs expériences respectives suite aux exposés, sont chargés de fournir des informations nationales sur les drogues à travers la collecte de données, de collation, d'outils de gestion et de rapports nationaux.

Les principales réalisations de l'atelier comprennent l'élaboration d'un indicateur de traitement de la demande (ITD) et d'autres outils standard de collecte de données (tableaux/questionnaires); la création de bases de données pour les indicateurs de santé et d'application des lois; l'élaboration d'un manuel pour la collecte des données, la saisie, la transmission et l'analyse pour le ITD; des formations d'équipe sur les indicateurs; la création d'une carte de toutes les sources statistiques disponibles, y compris les enquêtes et les études qualitatives; l'identification des institutions nationales; et la collecte des informations pertinentes sur les aspects juridiques concernant l'observatoire sur la lutte contre les drogues.

L'offre de drogue illicite, son utilisation et la dépendance qui en découle sont des phénomènes qui se développent de façon dynamique. Pour obtenir et évaluer des preuves, des politiques et des actions informées, les pays doivent mettre en œuvre des mécanismes visant à surveiller régulièrement l'étendue, les caractéristiques et tendances de l'offre et la demande de drogue, ainsi que les réponses nationales appropriées. Les parties aux Conventions internationales relatives au contrôle des drogues sont tenues de rendre compte régulièrement de leurs chiffres nationaux de consommation de drogues, ainsi que sur les interventions connexes visant à réduire l'offre et la demande de drogues. Les observatoires nationaux peuvent fournir des informations comparables de qualité aux réseaux d'information régionaux et internationaux, à condition qu'elles soient collectées suivant des indicateurs et mécanismes de rapport convenus.

Pour plus d'informations