Trafic de drogue : le Mali et le Niger effectuent plusieurs saisies

English

Au Mali et au Niger, en septembre 2017, les autorités ont ainsi saisi environ 3kg de cocaïne sur deux passeurs, par voie terrestre et aérienne. Au cours de la même période, les autorités pénitentiaires de la région de Ségou, au Mali, ont pu saisir des substances psychotropes illicites, grâce à la fourniture d'équipement de détection de la part de l'ONUDC.

A Niamey, les agents de la Cellule Aéroportuaire Anti-Trafic (CAAT) ont effectué le 6 septembre une saisie de 1 kg de cocaïne sur un passager en route vers une capitale européenne. La drogue était cachée dans les bras d'une valise à double fond, comme l'a révélé la radiographie du bagage. La saisie a été rendue possible par l'application des techniques de ciblage des passagers, une des méthodes de travail développées par les experts du Programme de Communication Aéroportuaire (AIRCOP).

L'Afrique de l'Ouest et du Centre est une zone de transit de plus en plus importante pour le trafic de cocaïne d'Amérique latine vers l'Europe, comme le souligne le dernier Rapport mondial sur les drogues. Les saisies de cargaisons de cocaïne effectuées dans plusieurs pays de la région depuis 2016, et plus récemment, en 2017, illustrent parfaitement cette tendance. Dans la région du Sahel en particulier, cet enjeu est d'autant plus essentiel que les groupes terroristes peuvent bénéficier du trafic de drogue.

Le projet AIRCOP est financé par l'Union européenne, cofinancé par le Japon et la Norvège, et réunit les efforts de l'Organisation Mondiale des Douanes (OMD), d'INTERPOL et de l'ONUDC. Dans ce cadre, l'ONUDC apporte son soutien aux CAAT, unités spécialisées du contrôle frontalier, mises en place dans les aéroports internationaux du Burkina Faso, du Mali et du Niger, et qui vont prochainement être liées à l'architecture sécuritaire du G5 Sahel. Ainsi, la CAAT de Bamako, en coopération avec l'Office Central des Stupéfiants malien (OCS) a effectué plusieurs saisies de cocaïne en provenance d'Amérique latine, en décembre 2016 et février 2017.

Cocaine seized in Mali and Niger
Cocaine seized in Mali and Niger
methamphetamine seized in Mali and Niger
methamphetamine seized in Mali and Niger

lus récemment, en septembre 2017, l'OCS malien a interpellé un suspect ayant ingéré 106 boulettes de cocaïne, pour un poids de 1,8kg, et une valeur de 36 millions de Francs CFA (plus de 65 000 USD). Le suspect a été présenté au procureur du Pôle Judiciaire spécialisé, et placé en détention pour trafic international de drogue le 6 septembre 2017.

Il s'agit de la deuxième saisie de cocaïne en un mois effectuée sur les routes au Mali, ce qui confirme le nouveau mode opératoire des narcotrafiquants, qui privilégient la route dans l'espoir d'échapper aux contrôles des forces de sécurité. Les routes des trafics, mais aussi la consommation, l'offre de drogue, et les substances elles-mêmes ne cessent d'évoluer à une vitesse alarmante, comme le rappelle M.Yury Fedotov, Directeur exécutif de l'ONUDC en préface du Rapport mondial des drogues de 2017. Aussi, les Etats se doivent de mettre en œuvre des actions à la mesure du défi posé par les constantes évolutions des marchés du trafic de drogue.

The main cocaine routes from 2012 to 2015, World Drug Report 2017
The main cocaine routes from 2012 to 2015, World Drug Report 2017

Dans ce contexte, au Sahel, l'ONUDC apporte son appui aux gouvernements de la région, afin de renforcer les capacités des agents d'application de la loi pour la lutte contre le trafic de drogue. Le Programme Sahel de l'ONUDC organise des formations sur les techniques d'investigation et d'identification des drogues, en direction des unités spécialisées chargées de la lutte contre ce type de trafic. L'assistance délivrée par l'ONUDC inclut en outre le contrôle des frontières (terrestres, aériennes et maritimes), les techniques d'enquête et d'identification des drogues, ainsi que le partage de renseignement opérationnel. Au Mali, l'ONUDC travaille étroitement avec la MINUSMA pour lutter contre ces trafics.

L'ONUDC axe également ses efforts en vue de renforcer les capacités de détection en milieu pénitentiaire. Ainsi, grâce à la fourniture de kits de test de drogues aux autorités de la région et aux formations délivrées par l'ONUDC sur leur utilisation, le Directeur de l'Administration pénitentiaire de la région de Ségou a confirmé la saisie de gélules et de comprimés à la maison d'arrêt de Ségou, testés en collaboration avec l'OCS de Ségou (Ségou est située à environ 240 km au nord-est de Bamako). Ces produits se sont révélés être des méthamphétamines et de la morphine codéinée, dont la saisie et l'identification ont été rendus possible grâce aux techniques développées au cours d'une formation de l'ONUDC en mai 2017.

Ces récentes saisies réalisées par les autorités sahéliennes sont autant de résultats opérationnels qui montrent un fort engagement des gouvernements pour lutter efficacement contre les menaces transversales qui pèsent sur la région. Les progrès réalisés par les Etats démontrent en outre la pertinence de l'appui de l'ONUDC dans le cadre de la lutte contre les trafics illicites, la criminalité transnationale organisée et le terrorisme.