L'ONUDC soutient l'adhésion du Tchad à la Convention des Nations Unies contre la corruption

English

Le 26 juin 2018, le Tchad a accédé à la Convention des Nations Unies contre la corruption (CNUCC). Le nombre des Etats parties à la Convention est ainsi passé à 186, y compris tous les pays de l'Afrique de l'Ouest et du Centre.

Ces adhésions sont le résultat du travail de sensibilisation mené par l'Office de Nations Unies contre la Drogue et le Crime (ONUDC), qui accompagne les Etats membres dans la ratification de la Convention, ainsi que dans sa mise en œuvre. En effet, l'ONUDC facilite le mécanisme d'examen de l'application de la Convention et soutient les pays dans le renforcement de leur cadre législatif et institutionnel conformément à la Convention.

L'ONUDC apporte son soutien au Tchad dans le cadre du Programme Sahel. C'est en marge de la deuxième réunion du Comité directeur du Programme Sahel, qui s'est tenue à Dakar, en avril 2017, que les représentants du Tchad ont exprimé leur intérêt quant à la lutte contre la corruption, ainsi que la volonté du Tchad de ratifier la Convention.

Faisant suite à ces échanges, une mission de l'ONUDC s'est déroulée à N'Djamena en novembre 2017, afin de rencontrer les acteurs nationaux et d'appuyer les efforts du pays dans la démarche d'adhésion. Lors de cette mission, le Conseiller régional anti-corruption de l'ONUDC pour l'Afrique de l'Ouest et du Centre s'est entretenu avec des représentants - entre autres - du Ministère de la Justice, de l'Inspection judiciaire et du Parquet de N'Djamena.

En février 2018, un atelier de réflexion sur la Convention des Nations Unies contre la corruption et la lutte contre la corruption au Tchad a été organisé à N'Djamena par l'ONUDC, en partenariat avec le Ministère de la Justice du Tchad et avec l'appui du PNUD. L'atelier a réuni les acteurs principaux en matière de lutte contre la corruption au Tchad, notamment des représentants du pouvoir exécutif, législatif et judiciaire, ainsi que de la société civile. Des experts anti-corruption de la région du Sahel ont également pris part à l'atelier afin d'enrichir les débats avec les expériences des pays voisins. Les parties prenantes nationales ont ainsi eu l'occasion de se familiariser avec le contenu de la Convention et de réfléchir sur des mesures pertinentes en vue de la ratification et la mise en œuvre de la Convention au Tchad. Ces recommandations ont été recueillies dans le communiqué final de l'atelier.

Ces actions de sensibilisation ont contribué à créer les conditions pour l'accession du Tchad à la Convention ; un succès permettant le développement d'actions plus efficaces afin de lutter contre la corruption dans ce pays, ainsi que dans toute la région sahélienne.

Sur demande des autorités locales, l'ONUDC envisage d'organiser prochainement à N'Djamena un atelier national permettant de formuler une feuille de route pour l'application de la Convention. Cet atelier permettra ainsi de définir les priorités sur lesquelles travailler en vue du renforcement du cadre législatif et institutionnel du Tchad, en conformité avec les dispositions de la Convention. De plus, cet atelier sera l'occasion d'introduire le mécanisme d'examen de la mise en œuvre de la Convention, et de permettre aux représentants tchadiens de se familiariser non seulement avec son fonctionnement mais aussi avec leurs responsabilités, afin d'en faciliter le bon déroulement.

Les activités de l'ONUDC en faveur de l'adhésion du Tchad à la Convention contribuent aux Objectifs de développement durable, notamment l'objectif 16 qui met en avant la lutte contre la corruption à travers des efforts pour la promotion de sociétés pacifiques et ouvertes et d'institutions efficaces, responsables et ouvertes à tous.