Le Tchad avance dans la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme

English

Le Programme mondial de lutte contre le blanchiment d'argent, le produit du crime et le financement du terrorisme (GPML) de l'ONUDC, a organisé, grâce aux financements du Luxembourg et du soutien logistique de la cellule Tchadienne des renseignements financiers, un atelier national pour les entités déclarantes sur la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme (AML/FT).

L'atelier s'est déroulé du 25 au 27 avril 2017 à N'Djamena au Tchad et avait pour objectif de sensibiliser les institutions financières et autres professions non-financières désignées (DNFBPs), sur les éléments clefs du régime AML/FT au Tchad, en particulier sur les transactions semblant découler d'une activité criminelle ou terroriste. 25 participants (banquiers, avocats, notaires, comptables, assureurs, officiers de bureaux de change, entre autres) ont pu bénéficier de cette formation.

L'atelier de trois jours comportait des exercices pratiques concernant de nombreux sujets pertinents tels que l'introduction au blanchiment d'argent et au financement du terrorisme, les premières mesures de vigilance à prendre au sujet de la clientèle (CDD), l'usage de formulaires de transactions suspectes, les cadres institutionnels et légaux de la lutte gouvernement contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, et l'usage de la liste consolidée de sanctions du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

The group of participants after the workshop
The group of participants after the workshop

Il est important de noter que le secteur financier au Tchad, actuellement sous-développé, est principalement nourri par de la monnaie liquide et manque de moyens pour renforcer la sécurité de ses banques. De plus, les transferts bancaires effectués au travers de virements télégraphiques (i. e. Western Union), le système de paiement hawala, ou encore les virements par SMS restent très fréquemment utilisés dans le pays. De manière générale, la plupart des banques dénoncent les transactions suspectes (STR) au FIU, mais il est encore difficile pour les DNFBPs de faire de même, car leurs connaissances sur leurs obligations dans le cadre de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme sont limitées.

Le Tchad fait partie du Groupe d'Action contre le Blanchiment d'Argent en Afrique centrale (GABAC), une entité régionale qui s'apparent à un n groupe d'action financière De plus, l'Agence Nationale d'Investigations Financières (ANIF), qui se trouve être la cellule Tchadienne des renseignements financiers, est également membre de l'Egmont Group.

Dans son discours de clôture, Mr. Souleyman ABDELKERIM CHERIF, Directeur de l'ANIF, a insisté sur le fait que l'atelier a permis de consolider une relation de confiance avec les entités déclarantes. Il a ajouté qu'il espérait que les bénéficiaires dénonceront davantage d'opérations suspectes.

Le programme GPML a mis en œuvre des activités similaires au Burkina Faso au début du mois de mars 2017, à travers le Programme Sahel, contribution de l'ONUDC à la Stratégie Intégrée des Nations Unies pour le Sahel (SINU). Cette Stratégie a été mise en place par le Conseil de Sécurité des Nations Unies en 2012 pour répondre aux conflits en Libye (2011) et au Mali (2012).