Les CAAT du Mali et du Niger effectuent des saisies

English

Depuis sa mise en place à la fin de l'année 2014, la Cellule Aéroportuaire Anti-Trafic (CAAT) de l'aéroport international de Bamako a effectué plusieurs saisies de stupéfiants totalisant 14 kg de cocaïne et 16 kg de métamphétamine.

L'ONUDC et ses partenaires ont travaillé en étroite collaboration avec le Gouvernement malien à l'établissement de la CAAT. Les saisies ont été rendues possibles grâce à l'échange d'informations opérationnelles en temps réel entre la CAAT du Togo et celle du Mali. Les passagers ont été identifiés sur la base de méthodes de profilage faisant partie de la formation dispensée par l'ONUDCet ses partenaires.

L'ONUDC possède une expertise unique dans le contrôle des frontières aériennes, à travers son Programme de communication aéroportuaire (AIRCOP), financé par l'Union Européenne et cofinancé par la Norvège et le Japon. Unissant les efforts de l'Organisation mondiale des douanes (OMD), d'INTERPOL et de l'ONUDC, AIRCOP renforce les capacités d'interception dans les aéroports internationaux à travers des opérations conjointes et un échange d'informations en temps réel entre les organismes chargés de l'application de la loi, afin de promouvoir une approche fondée sur les renseignements visant à intercepter les drogues. AIRCOP met en place et forme des CAAT composées d'agents chargés de l'application de la loi appartenant à la Police, aux Douanes, aux services d'immigration, à la Gendarmerie et aux autorités aéroportuaires.

Depuis son lancement en juin 2015, la CAAT de Niamey, au Niger, a procédé à deux arrestations pour trafic de drogue suite à une formation de l'ONUDC. L'un des suspects provenait d'Amérique Latine en passant par l'Afrique de l'Est et a été intercepté avec 70 capsules de cocaïne totalisant plus de 1 kg. Les responsables de la CAAT de Niamey ont déclaré que les membres de leur unité « avaient tous été édifiés par rapport à la formation sur la provenance, la nationalité, et le comportement des suspects ». Les membres de la CAAT nigérienne ont souligné spéciquement : « C'est grâce à la formation organisée par l'ONUDC en mai 2015 que nous avons ciblé les suspects ».

« AIRCOP a permis de mettre en place une seule entité spécialisée regroupant toutes les forces en vue de lutter efficacement contre les trafics illicites en tout genre. Aujourd'hui, l'état du trafic de drogue à l'aéroport Bamako-Sénou a connu un ralentissement avec la création de la CAAT et une meilleure coordination de la lutte sur la plateforme » a déclaré le Capitaine Alhader Yoro Maïga, Chef de la CAAT de Bamako.

Les activités ayant permis ce résultat ont été financées par l'Union Européenne et le Danemark