Adoption de manuels de formation contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants au Burkina Faso, Mali et Niger

English

Les gendarmes et les policiers jouent un rôle de premier plan dans la lutte contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants. L'expérience de ces dernières années, particulièrement dans la région du Sahel, a montré que le soutien aux curricula des Ecoles nationales de formation de la Police et de la Gendarmerie constitue l'une des solutions les plus durable, compréhensive et pérenne afin de contrecarrer les modes opératoires des organisations criminelles régionales.

Du 6 au 8 novembre 2017, l'ONUDC a organisé un atelier à Dakar grâce à la contribution du Gouvernement allemand. Lors de cet événement, les instructeurs des écoles de Police et de Gendarmerie du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont validé et se sont appropriés les manuels de formation contre la traite des personnes et le trafic illicite de migrants. Sous la coordination et la supervision de l'ONUDC, les instructeurs ont travaillé à la conception et à l'animation des programmes et modules de formation contenus dans les manuels.

Sous la forme d'un partage de connaissances, d'expériences et de leçons apprises, la facilitation s'est appuyée sur une démarche participative, inclusive et graduelle. L'objectif de cet atelier était de contribuer au renforcement des capacités stratégiques et opérationnelles des unités en charge de lutter contre la traite des personnes dans leurs pays respectifs. A l'issue de ces trois jours, les formateurs nationaux du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont validé les versions finales des manuels de formation initiale et continue sur la traite des personnes et le trafic illicite de migrants, et définit les contours des futurs modules de formation, destinés à la fois aux unités de terrain et aux officiers plus chevronnés.

Les participants lors de l'ouverture de l'atelier à Dakar
Les participants lors de l'ouverture de l'atelier à Dakar

Depuis mai 2015, les responsables des Ecoles de Police et de Gendarmerie du Burkina Faso, du Mali et du Niger ont travaillé étroitement avec l'ONUDC afin d'élaborer et de valider techniquement un syllabus de formation sur la traite des personnes et le trafic illicite de migrants. A la suite, des activités de renforcement des capacités ont été menées sur une logique similaire dans chacun des trois Etats.

Ces activités ont notamment inclus des formations de formateurs, réunissant à chaque occasion 20 participants, issus à égalité des Ecoles de Police et de Gendarmerie du Burkina Faso, du Mali et du Niger, soit un total de 60 instructeurs formés à la lutte contre la traite des personnes et le trafic de migrants. Dans chacunes des Ecoles, les experts de l'ONUDC sont également intervenus sous la forme d'un tutorat apporté à ces instructeurs dans la délivrance des premiers cours de formation (au Mali en mai-juin 2017, au Burkina Faso en septembre 2017 et en préparation au Niger pour décembre 2017).

Ces différentes formations ainsi que la réalisation d'une mission d'évaluation au sein des Ecoles nationales de formation ont mis en lumière la nécessité de doter ces instituts de manuels de formation adaptés aux spécificités sous-régionales en la matière.

Dans le cadre de son Programme régional pour l'Afrique de l'Ouest (2016-2020) et du Programme Sahel, l'ONUDC soutient le renforcement des capacités des acteurs de la chaine pénale face au crime organisé, au terrorisme et à la corruption.