l'ONUDC et ses partenaires facilitent le processus de marquage et d’enregistrement des armes légères au niger

Suite au conflit armé en Libye en 2011 et celui du Mali en 2013, les pays du Sahel font face à une circulation et une disponibilité croissante d'armes légères et de petit calibre. Les autorités de ces pays ne disposent actuellement que de très peu de moyen d'identifier des armes détenues légalement par les forces militaires et de sécurité.

Pour combattre cette problématique, l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC) ainsi que ces partenaires dont le Bureau de Nations Unies pour les affaires de désarmement (UNODA) ont ensemble fait un don de trois machines pour le marquage des armes légères et de petit calibre à la Commission Nationale pour la Collecte et le Contrôle des Armes Illicites de la République du Niger.

Réalisé grâce à l'appui financier du Japon et de l'Union Européenne, cette itiniative s'inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de l'Instrument international de traçage, adopté en 2005 par l'Assemblée générale des Nations Unies, et des activités d'appui à la mise en œuvre du Protocole contre la fabrication et le trafic illicites d'armes à feu, de leurs pièces, éléments et munitions, additionnel à la Convention des Nations Unies contre la criminalité transnationale organisée (UNTOC).

En supplément à ce don de machine de marquage et en étroite collaboration avec ses partenaires régionaux, l'ONUDC et le Centre Régional pour la paix et le désarmement en Afrique (UNREC) ont organisé les 25 et 26 septembre 2014, à Niamey, Niger, un atelier de formation sur le marquage et l'enregistrement des armes légères et de petit calibre. L'atelier de formation visait à permettre aux autorités nigériennes de procéder à l'identification et au traçage rapide et fiable des armes légères et de petit calibre illicites en renforçant les capacités locales à mettre en œuvre les meilleures pratiques internationales de mise en place d'un programme national de marquage d'armes.

En partenariat avec des experts de la société civile et des experts gouvernementaux provenant de la Commission Nationale de Côte d'Ivoire sur les armes légères et de petit calibre, l'atelier a consisté en une formation pratique sur l'utilisation des machines de marquage et sur le thème d'enregistrement des armes. Dans un contexte de collaboration Sud-Sud, la Commission Nationale de Côte d'Ivoire sur les armes légères et de petit calibre a partagé avec les autorités du Niger ses expériences dans la conduite du processus de marquage.

Ces activités entrent dans le cadre du Programme Mondial sur les armes à feu ainsi que de la Contribution de l'ONUDC à l'initiative des Nations Unies sur le Sahel visant à lutter contre la criminalité transnationale organisée, y compris le terrorisme, le trafic illicite des armes à feu et la corruption. En plus d'offrir de l'assistance technique aux pays membres, l'ONUDC travaille étroitement avec les autorités nationales sur la mise en œuvre de mesures préventives et de sécurité prévues par le Protocole sur les armes à feu, qui vient compléter la Convention de Palerme (UNTOC).

                                                                                                                            Photo Source: OSCE

Information supplémentaire:

UNODC Global Project on Firearm