Atelier de formation sur les kits de détection rapide de drogue à Ségou au Mali

English

L'Afrique de l'Ouest est gravement touchée par le trafic des stupéfiants. La croissance des volumes d'échanges commerciaux entre les pays ayant entraîné une augmentation des marchandises suspectes, le travail des services de répressions des stupéfiants est devenu plus délicat. En plus des drogues, plusieurs médicaments utilisés pour soulager certains maux comme le trouble du sommeil, l'anxiété, la douleur ou l'allergie sont parfois détournés de leur usage thérapeutique et sont de plus en plus consommés. L'Organisation Mondiale pour la Santé (OMS) estime que 10% du marché mondial des médicaments est contrefait. Ce taux atteint les 25% en Afrique.

Dans le cadre de son Programme Sahel, destiné à renforcer les capacités opérationnelles des agents chargés de l'application de la loi de la région, l'ONUDC a organisé du 21 au 25 mai 2018 à Ségou au Mali, grâce au soutien du Danemark, un atelier de formation pour les agents de répression des stupéfiants. L'atelier a rassemblé 24 participants dont 4 femmes, et 4 consultants et avait comme objectif principal de former les agents de services de répression aux méthodes de détection rapide des drogues et substances apparentées, grâce à une trousse de détection fourni par l'ONUDC, et de les familiariser aux trafics des médicaments contrefaits ou détournés de leurs usages thérapeutiques.

Cette formation a été articulée autour de 3 volets :un volet théorique où les agents ont eu accès aux informations générales sur les drogues ainsi que les principes de base des méthodes de test rapide, un volet pratique où les participants ont effectué des tests leur permettant de faire des analyses sur les drogues apparentées et médicaments détournés, et enfin un volet sur le terrorisme et le crime organisé qui s'est porté sur l'interaction entre les administrations pénitentiaires et les détenus sous les aspects liés à la radicalisation.

Les participants de l'atelier à Ségou au Mali pendant une des sessions
Les participants de l'atelier à Ségou au Mali pendant une des sessions

La trousse mise en place par l'ONUDC permet la détection simple et rapide sur le terrain des drogues traditionnelles, des nouvelles drogues et des substances apparentées. Cet outil est un dispositif très important et constitue un moyen efficace pour lutter contre le trafic des stupéfiants dans la région.

Ces trousses d'identification fournies par l'ONUDC permettent aux bénéficiaires de conduire des tests sur les drogues illicites directement sur le terrain. Elles permettent d'identifier aussi bien des stupéfiants comme l'héroïne et la cocaïne, que des substances psychotropes telles que les amphétamines et les précurseurs chimiques utilisés pour les fabriquer, comme l'anhydride acétique ou encore l'éphédrine.

Enfin, cette session a contribué à la collaboration entre le Laboratoire National de la Santé du Mali (LNS) et des Autorités Législatifs, Règlementaires et de Répression dans des aspects spécifiques de lutte contre la drogue, le crime organisé et le terrorisme.

Depuis 2014, et dans le cadre de sa Contribution de l'ONUDC à la Stratégie intégrée des Nations Unies pour le Sahel, appelé Programme Sahel, l'ONUDC fournit une assistance aux États du G5 Sahel afin de renforcer la chaîne judiciaire et lutter contre les trafics de drogues, le terrorisme, la corruption, la traite de personnes et le trafic de migrants dans la région.